9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 21:30

En complément de notre précédent article à l'occasion de la sortie de son nouveau livre, dtom.fr vous propose une interview exclusive du Député Honoraire et Président du RPF (le Rassemblement Pour la France), Christian VANNESTE. Interview réalisée par téléphone le 5 Juin 2014 :

CV :« Christian VANNESTE bonjour »

CV : « Bonjour Jean-René »

JRL : « Nous vous remercions d'avoir accepté notre demande d'interview pour dtom.fr. C'est d'ailleurs la deuxième que vous nous donnez (la précédente a eu lieu dans un grand hôtel de Nice). Vous avez sorti le 9 Mai 2014 un nouveau livre qui s'intitule « Pour une France libérée » aux Editions Tatamis (288 pages – 18€). Vous avez toujours revendiqué des idées gaullistes et libérales. Pour certains, le Gaullisme a été le chantre de l'étatisme tout puissant, notamment par ses nationalisations, sa planification et la personne même du Général. C'est ce que l'on peut souvent lire chez les libéraux-démocrates et libertariens, qu'avez-vous à leur répondre ? »

CV : « C'est tout à fait discutable. La Politique Gaulliste doit être : patriotique, libérale et humaniste. L'impératif, c'est celui du service de la France. La Nation doit être la principale préoccupation.Le Gaullisme est à la fois moral et réaliste. Il respecte l'Homme et ses valeurs. Il n'utilise pas l'homme comme un moyen. Même si sur le plan européen on ne peut pas accepter le fédéralisme, on peut être Gaulliste et Chrétien-Démocrate. C'était le cas de Maurice SCHUMANN.

Si on parle de libéralisme, certes De GAULLE a voulu la planification mais il est bon de rappeler que « le Mal Français » d'Alain PEYREFITTE, Ministre du Général de GAULLE et baron du Gaullisme est indiscutablement un texte de philosophie libérale. Jacques RUEFF (grand économiste libéral, conseiller de de GAULLE en 1958) a grandement influencé de GAULLE sur le plan monétaire. Membre fondateur de la Société du Mont Pellerin, c'était indiscutablement un libéral. En revanche le Général n'aurait jamais accepté que son pays abandonne sa monnaie nationale or à l'UMP, on l'accepte sans vergogne. Nicolas SARKOZY voulait théoriser un « gaullisme pragmatique » (en s'en débarrassant en même temps) alors qu'il s'agit avant tout d'un idéal qui veut se réaliser de façon pragmatique. C'est à tous ces titres que le RPF fait synthèse.»

JRL : « Vous êtes donc plus que jamais le symbole d'une Droite rassemblée. Votre livre est une compilation des meilleures tribunes parues sur votre blog ainsi que sur le précédent, depuis maintenant plusieurs années. A peine réécrites pour la mise en page, vous avez également ajouté des inédites. Ces tribunes sont classées par thèmes, huit au total, qui sont de véritables chapitres. Auprès du site « Enquête et Débat » de Jean ROBIN vous avez évoqué la « réformophobie comme épine dorsale de votre réflexion » : nous sommes aujourd'hui le 5 Juin 2014 (date de l'interview). Vous avez été élu à l'unanimité il y a maintenant un peu plus de deux ans Président du RPF, le Rassemblement Pour la France. Nous allons maintenant traverser le temps pour faire un peu de politique fiction. Après avoir sû répondre aux attentes populaires lors des élections intermédiaires ou du moins avoir sû créer une percée inattendue, nous arrivons à l'Election Présidentielle de 2017. A nouveau le RPF vous désigne à l'unanimité, mais cette fois-ci comme candidat à cette élection. Au terme d'une intense campagne, vous surprenez tout le monde et vous êtes élu le Dimanche 7 Mai 2017. Quelle(s) serai(en)t votre/vos première(s) mesure(s) pour endiguer cette réformophobie et permettre à ce pays malgré ses gauchistes et syndicalistes de faire... un grand bond en avant ? »

CV : « C'est une bonne question. La réforme/loi que j'estime comme une réforme clé, pouvant tout décoincer, c'est celle instaurant le Référendum d'Initiative Populaire. Le Général de GAULLE pratiquait la consultation populaire au travers de référendums mais cela a très rapidement tendu au plebiscite : « vous votez bien et je reste, sinon je pars ». Je me détache de cette conception. Il faut un référendum à la Suisse, celui qui permet bien des déblocages. Il y a des bonnes surprises, comme par exemple en Italie avec l''indice mobile des salaires, facteur d'inflation que les italiens ont rejeté. En Suisse, le dernier référendum a refusé l'instauration d'un SMIC à 3300€ (4000 francs suisses). Pour ne pas ruiner l'Industrie. L'instauration de ce type de référendum est la priorité des priorités. Une réforme constitutionnelle pourrait ainsi faire l'objet d'un tel référendum. Dans ma proposition de loi, le nombre de signatures nécessaires pour déclencher un référendum est accessible (1 million). La réforme constitionnelle de 2008 exige 4,5 millions, ce qui paraît hors d'atteinte. J'ai essayé de faire adopter mon système lorsque je siégeais encore à l'Assemblée Nationale mais je me suis heurté au mur de la peur : celui des élus et des fonctionnaires.

Par exemple on parle de la réforme territoriale en ce moment. Ce rassemblement de régions que l'on veut instaurer n'a aucun sens, tant sur le plan de l'identité culturelle que d'un point de vue économique. Le département étant inscrit dans la constitution, ils n'osent pas y toucher par peur du Peuple. »

JRL : « « Pour vous BORLOO a été la « baudruche infoutue de défendre votre projet de la TVA Sociale en 2007 face à Laurent Fabius ». Comment selon vous expliquer au PLD (Parti Libéral Démocrate) et aux libéraux qu'ils font fausse route avec l'UDI ? »

CV : « C'est assez simple. Résumons le Centre qui avait fusionné avec l'UMP : chrétiens-démocrates, libéraux giscardiens et radicaux. Les radicaux sont pour ainsi dire le « chancre de la Politique française » : ce sont des opportunistes qui ont tout verrouillé pendant la III° République. Un temps mort a suivi le coup de balais de la Libération. Ils ont pu progressivement renaître, et notamment avec des gens nullissimes comme Yves JEGO ou Rama YADE. Ils n'ont pas d'idées... mais veulent des places. Normalement, être « radical » veut dire « dur ». En France, cela désigne la molesse de convenance et l'opportunisme. Et en plus ne favorisent pas la baisse des dépenses publiques. L'UDI est une zone de résurgence du Radicalisme. Pas de la Démocratie-Chrétienne ni du Libéralisme. Ils sont capables de tout sur le plan politique : c'est quand même à cause de BORLOO que la 1° Présidente verte de région a été élue. L'UMP a d'ailleurs été contaminée par l'esprit opportuniste du radicalisme en cotoyant l'ancien Ministre de l'Ecologie. J'ai un jour vu BORLOO s'adresser à des membres du FN : c'était « plus FN que moi, tu meurs. » : « Oui, je suis pour le Travail, la Famille. J'ai mes enfants en école privée ». Je reconnais cependant qu'il fut un excellent Maire de Valenciennes. Mais je retiens aussi qu'il a ouvert la « Boîte Verte de Pandore » lors du Grenelle de l'Environnement, pénalisant la France a bien des égards par la suite.

Pour revenir à la TVA Sociale, il s'agit tout simplement de faire basculer les charges sociales sur la consommation. Cela sert alors à financer notamment la Politique familiale. Le concept a été lancé vers le milieu des années 90 par... Jean ARTHUIS, quelqu'un que j'apprécie vraiment. J'en suis moi même partisan depuis cette époque alors que cela se fait déjà au Danemark, depuis maintenant... 26 ans ! Il faut savoir que le Danemark comme la Suède ont un niveau de protection sociale pourtant équivalent à celui de la France. Et pourtant, ces pays ont sauvegardé leurs industries et leurs exportations en baissant les charges et donc le coût du travail tandis qu'ils pénalisaient par une TVA plus forte les produits importés. BORLOO comme ses soutiens n'ont strictement AUCUNE connaissance de ce dossier. Un jour, j'ai emmené lors d'une remise de décorations Gérard MULLIEZ, fondateur du Groupe Auchan à la rencontre de Valérie LETARD pour évoquer la question. A mon grand regret puisqu'elle a confondu TVA Sociale et Taxe Carbone... »

JRL : « Pour vous, comment incarner une « Droite triomphante » face à une Droite habituellement « honteuse » ?

CV : « Je crois que c'est assez simple : 1 : retrouver les fondamentaux. A l'image de la Droite anglaise qui est vraiment conservatrice. (Elle ne siège pas au PPE à Strasbourg mais dans son propre groupe : l'ECR (Alliance des Conservateurs et Réformistes Européens). En France, en revanche la Droite doit être vraiment gaulliste. Le Gaullisme, c'est la France qui se redresse. Il nous faut abandonner les dérives comme l'Union Européenne, celle du magma européen technocratique. 2 : se rassembler autour des valeurs : refuser l'Etat nounou, l'Etat providence. Il faut un Etat cependant fort sur le plan régalien tout en diminuant le poids de la fiscalité et des prélèvements. Là réside la « Révolution Conservatrice ». A l'inverse, les libertariens veulent aussi confier le régalien au privé et la France est aux antipodes de cette conception et n'y cédera pas. L'Etat fait la Nation et la Nation ne se passera jamais de l'Etat. La Justice et la Sécurité intérieure comme extérieure sont capitales. L'Education peut en revanche être privatisée et régionalisée, sauf concernant les programmes et les examens. »

JRL : « A l'instar des internationales communistes et socialistes, même si vous n'aimez pas reprendre les termes de la Gauche, pensez-vous qu'il est nécessaire de constituer une « internationale souverainiste » pour donner plus de poids, de relief et de solidité au Souverainisme comme anti-nationalisme et anti-expansionnisme et bien comme défense des libertés des peuples éclairés ? »

CV : « Je n'aime pas tellement le terme « d'internationale » mais cette idée est nécessaire. Elle rappelle d'ailleurs la « Sainte Alliance », l'Europe de METTERNICH. Il faut mettre en accord des pays autrement que par des systèmes comme le fédéralisme européen qui tue la Liberté des peuples. Actuellement, c'est la Russie qui plait aux nationaux. Je me sens bien plus proche d'un Vladimir POUTINE, qui est un combattant de la Souveraineté, qui a encore salué le Gaullisme lors de sa dernière inteview sur TF1 / Europe 1 plutôt que d'un Obama qui soutient toutes les dérives lobbyistes sociétales. Qu'est-ce que Obama vient foutre en Ukraine, un pays historiquement dans le giron russe ? La Crimée a été récupérée de manière absolument légitime. Cette terre est russophone. Les Démocrates s'excitent alors que l'on a fait bien pis au Kosovo ! » La France a hélas préféré s'aligner sur les USA sur la question. Au passage il faut aussi faire comprendre à la Pologne que la Russie n'est pas ou plus une menace pour elle. La présence des Russes dans les pays baltes doit être traîtée avec précaution. La Russie n'a pas envie de s'embarquer dans une guerre avec qui que ce soit, et notamment l'Ukraine, dépendante d'elle pour le gaz. Mais Obama et les USA tentent de mener les intéressés à cette guerre, exactement comme en Syrie. »

JRL : « On a coutume de qualifier le programme économique du FN de « programme de Gauche ». L'UMP y tire sa comparaison avec le Front de Gauche et les libéraux disent carrément qu'il s'agit d'un programme « national-socialiste ». Le FN se dit « ni de Droite ni de Gauche ». Le RPF lui se définit comme « clairement de Droite ». Quelles sont vos et ses solutions pour l'Economie ? »

CV : « Il est très clair que les positions économiques du FN ont énormément changé entre l'époque du père et celle de la fille. Jadis influencé par LE GALOU, MARTINEZ, et BLOT et des membres conservateurs du Club de l'Horloge, le FN préfère aujourd'hui privilégier l'interventionisme d'Etat pour parler aux ouvriers et chasser sur les terres de Gauche. Il faut au contraire prendre des mesures libérales, par exemple abandonner le statut de la fonction publique, comme en Suède. La position économique du FN nous apparaît comme archaique et profondément dangereuse. En revanche, l'abandon de l'Euro est intéressant et nous sommes d'accords là dessus. L'Euro avantage le Mark et favorise les monnaies du Sud privées de la possibilité de dévaluer.»

JRL : « Quelles sont les différences entre le RPF et DLR et comment percevez-vous Nicolas DUPONT-AIGNAN (NDA) ? »

CV : « Il y a globalement une grande proximité. NDA se réclame du Gaullisme mais ses positions sociétales sont déroutantes. Il s'est abstenu de participer à La Manif Pour Tous (LMPT), pas le RPF qui défend des valeurs conservatrices chrétiennes européennes qui sont à préserver. De GAULLE estimait ne pas avoir besoin d'insister sur les valeurs identitaires parce qu'elles étaient pour lui évidentes. Aujourd'hui elles sont menacées.»

JRL : « Vos sentiments et appréciations vis à vis de : François ASSELINEAU (UPR), Paul-Marie COUTEAUX (SIEL-RBM), Patrick GIOVANNONI (PRC) et Fabrice ROBERT (BI – Bloc Identitaire) ? »

CV : « Ce sont tous les quatre des personnes qui doivent pouvoir se rapprocher de nous. J'aime les analyses d'ASSELINEAU sur l'Europe. PMC que je connais bien, les positions de son SIEL sont proches des nôtres mais je lui reproche ses virevoltes sur le plan tactique. « Je suis RBM, mais je n'ai rien à voir avec le FN ». Disons qu'il ne doit plus avoir des « idées de devant et de derrière ». Concernant le Bloc Identitaire, je suis allé à leur congrès à Orange. La notion d'indentité, pour la personne, la Nation, pour la religion, est primordiale. La grande faute de Hollande dans son redécoupage, c'est d'avoir négligé les identités. Cela peut par exemple se discuter pour des terres comme les Alpes Maritimes, un département assez récent et dont le rattachement à la Région PACA peut-être discuté. Pour les régions Champagne et Picardie, le fait de les réunir est du foutage de gueule. Pour ce qui concerne le Parti Républicain Chrétien et GIOVANNONI, je les ai un peu perdu de vue depuis un moment mais leurs valeurs morales sont intéressantes et convergentes avec les nôtres. »

JRL : « Nous allons maintenant nous recentrer sur votre livre. Quelle est selon vous la plus belle de vos tribunes et votre plus beau combat ? »

CV : « Je pense que mon plus beau combat est celui du référendum populaire, j'y reviens. C'est le combat de tous les jours pour le redressement de la France. Le Gaullisme est cette volonté de renouveau, de redressement, comme le rappelle le Général à la fin de ses « Mémoires de Guerre ». Une source d'ardeur nouvelle. On est sur la pente savonneuse mais un événement ou une personne va quand même surgir pour inverser le mouvement, comme cela est rappelé dans les deux derniers textes inédits du livre.»

JRL : « Pour vous la liberté d'expression est une chose importante, c'est ce que vous rappelez souvent dans votre livre. Nous sommes à nouveau en 2017 : la loi Gayssot, celle sur le droit à l'image (sens de la liberté de critiquer, d'informer comme dans le sens des tabloids au Royaume Uni sur les frasques des gens célèbres et publics) et la loi sur le mariage homosexuel sont donc pour vous des lois à abroger ? »

CV : « Tout à fait. Toutes les lois qui portent atteinte à la liberté d'expression, comme les lois mémorielles et répressives sont à abolir, abroger. Mon esprit, c'est celui du 1° amendement des USA. Je suis conscient de la souffrance des juifs durant la 2° Guerre Mondiale mais si une vérité est « protégée » par la Loi, elle en devient une vérité affaiblie et attire la contestation jugée indésirable. Il ne faut pas dans une Démocratie tuer le débat. Une vérité est assez grande pour se défendre toute seule. Charles PEGUY a déclaré à ce sujet : « Celui qui ne gueule pas la Vérité, lorsqu'il connait la Vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires ».

Pour la remise en cause du mariage unisexe et des conditions actuelles de l'avortement (qui ne doit pas être le produit d'un pseudo droit), il faudra avoir le courage de revenir dessus, comme le font les espagnols. Un certain nombre de lois dépendent de la Raison et de la Nature, non de l'arbitraire des hommes et le mariage est et restera l'union d'un homme et d'une femme. »

JRL : « A ce sujet, le Conseiller d'Etat et avocat Arno KLARSFELD a eu à son encontre un « réquisitoire introductif », convoqué par le juge d'instruction de Nanterre pour avoir déclaré lors de la cérémonie d'hommage aux déportés juifs de France le 28 Avril 2014 en Israel mais aussi à plusieurs reprises à la télévision et sur les radios françaises :

« La France n'est pas antisémite, mais une partie de l'Extrême Droite, une partie de l'Extrême Gauche et une partie des jeunes de banlieue le sont ».

Cette information a été confirmée par le JSS News et par l'intéressé par voie de tweets. Quelle est votre appréciation de la situation et le soutenez-vous comme vous avez soutenu Eric ZEMMOUR à l'époque de sa grande polémique ? »

CV : « Vous me l'apprenez. Mon point de vue est très clair là dessus :

1° : je tiens à rappeler que je ne suis pas antisémite, que je ne l'ai jamais été et que je ne le serai jamais. Jean-Vincent Placé a d'ailleurs été condamné pour l'avoir prétendu. J'ai même une profonde admiration pour les juifs, pour ce peuple qui compte nombre de philosophes, chercheurs et d'intellectuels. Mais si on observe l'antisémitisme de l'extérieur, l'évolution est manifeste : depuis la fin du 19° siècle il était à l'origine de... Gauche, qui établissait le lien entre les juifs et le Pouvoir de l'Argent. Drumont notamment le faisait de manière obsessionnelle. Puis on est passé à un antisémitisme de Droite, chez Maurras par exemple, qui percevait les juifs comme un groupe de pression anti-national. Mais cet antisémitisme là a selon moi disparu. Aujourd'hui, l'antisémitisme est essentiellement du à la création d'Israel et à sa politique. Cet antisémitisme résulte par conséquent de la montée de l'islamisme et des nationalismes arabes pas forcément islamistes contre le sionisme. Ils trouvent par conséquent écho ici et ailleurs en Europe. »

Christian VANNESTE, l'interview exclusive de dtom.fr : combats,idées,valeurs,... avenir

Partager cet article

Published by RPF Nord Pas de Calais
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 02:06
"Pour une France liberée" : le nouveau livre de Christian Vanneste

Par l'admin de la Fédération Nord Pas de Calais

Découvrez le nouveau livre de Christian VANNESTE, Président du RPF et Président par intérim de la Fédération Nord Pas de Calais : "Pour une France libérée" paru depuis le 9 Mai 2014 aux éditions Tatamis.

L'article de dtom.fr qui est y est consacré avec lien vers le site de la Maison d'éditions pour le commander + l'interview de l'auteur au site "Enquête et débat" :

http://www.dtom.fr/archives/pour-une-france-liberee-le-nouveau-livre-de-christian-vanneste-editions-tatamis/

Et retrouvez nous fréquemment sur les réseaux sociaux : sur facebook :

https://www.facebook.com/RPF.59.RPF.62.RPF.NordPasdeCalais

Sur twitter :

https://twitter.com/RPF_NPC

Et sur Google + :

https://plus.google.com/102424842424015118542/posts

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 22:34

Par Jean-François Rebischung - Publié par : La Voix du Nord et Nord Eclair le 06/03/14 :

Christian Vanneste voulait être sur la liste du FN. Jean-François Bloc explique que Marine Le Pen n’a pas voulu.

Lire la suite sur : http://www.nordeclair.fr/info-locale/municipales-a-tourcoing-pourquoi-vanneste-n-est-pas-sur-ia51b12892n373993

et sur : http://www.rpf-site.fr/blog/2014/03/09/tourcoing-pourquoi-christian-vanneste-nest-pas-sur-la-liste-du-fn/

En début de semaine, nous révélions une information lâchée par le candidat FN de Tourcoing, Jean-François Bloc : celui-ci avait eu une discussion avec Christian Vanneste, qui souhaitait être sur sa liste. Ce qu’avait confirmé l’ancien député UMP. Mais Jean-François Bloc nous avait aussi expliqué ne pas avoir donné suite. Il craignait en effet que des attaques personnelles de Christian Vanneste envers le candidat UMP, Gérald Darmanin, ne viennent « polluer » sa campagne.

Christian Vanneste conteste ce dernier point et révèle aujourd’hui les détails de sa discussion avec le FN. Tout est parti d’une rencontre avec Jean-Marie Le Pen, en janvier. C’est là « que l’idée d’une alliance a germé », explique l’ancien parlementaire aujourd’hui président du RPF. Il a ensuite rencontré Jean-François Bloc « à deux reprises » « pour étudier cette possibilité qui avait alors l’aval de ses dirigeants », selon le président du RPF.

À ce moment-là, Christian Vanneste pose trois conditions : une troisième place et la présence sur la liste d’autres membres du RPF, une rencontre avec Marine Le Pen pour « préciser les limites de l’accord » et « la campagne ne devait en aucun cas remettre en cause la politique culturelle de la ville ».

Une conférence de presse était prévue. Mais deux jours avant celle-ci, Christian Vanneste explique avoir essuyé un refus de la part de Jean-François Bloc. Celui-ci confirme. Il dit avoir rendu compte des discussions « à ma direction ». À savoir à Éric Dillies, le secrétaire départemental du FN. « Selon moi, il était d’accord », explique Jean-François Bloc. Le refus serait donc venu de plus haut. Le candidat tourquennois cite le nom de Marine Le Pen. « Elle a donné son avis et n’a pas voulu de cet accord. »

« Personnellement, je ne regrette pas. Même si je l’ai payé cher, j’ai toujours cultivé mon indépendance à l’égard des machines à pouvoir que sont devenus les partis », explique Christian Vanneste, dont le parti, le RPF, a tout de même passé des accords avec le FN dans le sud de la France. Mais donc pas à Tourcoing. Christian Vanneste conclut, en ajoutant : « Tourcoing est une grande ville. C’est ma ville. Je ne souhaite pas la voir dirigée par un apparatchik d’importation, quelle que soit la couleur de la livrée. »

C’est à se demander, au final, si Christian Vanneste ne souhaite pas secrètement... la réélection du candidat socialiste.

Partager cet article

Published by rpf-nord - dans Municipales
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 19:03

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le blog du RPF Nord, devenant RPF Nord Pas de Calais par la suite sera bientôt de retour (courant de la semaine). Il sera remanié intégralement.

A noter que les contacts présents actuellement sur le blog ne sont plus d'actualité. Veuillez donc, dans l'attente des mises à jours imminentes, prendre contact via le site national : http://www.rpf-site.fr/

Christian VANNESTE, Président, Igor KUREK, Secrétaire Général et l'Equipe Web du RPF

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 11:57

Tribune libre de Christian Vanneste*

Jacques Lesourne avait, il y a longtemps, considéré que la France était « une URSS qui aurait réussi ». Avec ses 56% de dépenses publiques et 1 emploi public sur 4, il est évident que notre pays est socialiste, même lorsque la « droite »est, comme on dit, « aux affaires »… Mais, après les discours étatistes deSarkozy en 2008-2009, et l’arrivée logique de la gauche au pouvoir, deux constats s’imposent : la France est bien la dernière république soviétique, et comme les autres, elle a échoué. Ses amortisseurs sociaux de moins en moins performants parviennent à cacher partiellement la vérité, mais ils expliquent le chômage et les difficultés de la reprise.

Cette dépendance à l’État relève d’une pathologie nationale dont le dernier symptôme apparaît de façon criante dans les réactions à l’annonce du plan de restructuration de PSA. « L’État ne laissera pas faire », déclare Hollande. Il est vrai que l’État est déjà intervenu, et trois fois : en 2008-2009, une prime à la casse qui a permis d’acheter des petites cylindrées fabriquées hors de l’hexagone, puis un bonus-malus qui a eu le même résultat, histoire de faire plaisir aux écolos, et enfin un prêt bonifié, remboursé et qui a rapporté 715 millions d’intérêts à l’État. Ces mesures conjoncturelles n’ont eu aucun effet à long terme et, cependant, l’État, une fois encore, veut jouer les Zorro, mi père Fouettard, mi père Noël. L’État va-t-il interdire les licenciements ? Va-t-il maintenir les sites ? Va-t-il protéger, au-delà des 8 000 salariés, les 4 500 intérimaires, et les milliers d’emplois induits, notamment chez les sous-traitants ? Va-t-il  avoir le même intérêt pour les salariés de Doux que pour ceux de PSA ? Et pour les employés des milliers de PME-PMI actuellement en difficulté. Jean-François Revel disait avec beaucoup de clairvoyance :  « Ce que les Français détestent, ce ne sont pas les inégalités, ce sont les inégalités autres que celles octroyées par l’État. »

« La France est bien la dernière république soviétique, et comme les autres, elle a échoué. »

L’État, au-delà des fonctions régaliennes qu’il assure de plus en plus mal, doit créer les conditions les plus favorables à une activité économique créatrice de richesse et d’emplois. Il peut le faire en favorisant la formation et la recherche, en réalisant les infrastructures nécessaires, et en limitant étroitement le coût fiscal et social de l’activité, afin de favoriser la compétitivité de nos produits. Renouant plus que jamais avec les vieux démons qui ne l’ont jamais quittée, la France, désormais officiellement socialiste, va donc faire de l’État le Deus ex machina, qui va assurer la fabrication d’automobiles plus séduisantes ou performantes, leur achat par les Français, et par les étrangers, le maintien des sites de production dans notre pays . Quand on entend les critiques à l’encontre de la stratégie de PSA, et que l’on compare celle-ci avec celle de Renault, où l’Etat  actionnaire a encore son mot à dire, ses alliances étrangères et ses usines roumaines pour le low cost, il est permis d’être sceptique.

L’État peut et doit intervenir d’une manière exceptionnelle, avec rapidité et vigueur, pour une durée limitée et en visant des objectifs précis. J’avais eu l’occasion de mesurer l’efficacité de l’État britannique conservateur dans les opérations de politique de la Ville, baptisées « City Challenge » et menées par des Agences de l’État. J’avais félicité Jean-Louis Borloo lors de la création de l’ANRU en croyant naïvement que nous ferions la même chose qu’au Royaume-Uni. Le verdict de la Cour des Comptes vient de tomber : la politique de la ville subit une mauvaise gouvernance, avec ses lenteurs, son mille-feuilles de décideurs locaux, son État lointain, vieux Gulliver plus que jamais entravé, mais toujours prêt à se charger de tout pour ne rien faire de bon. Clémenceau disait que « la France était un pays extrêmement fertile où l’on semait des fonctionnaire et où l’on récoltait des impôts.  » Effectivement, Hollande va semer 60 000 fonctionnaires et la moisson de l’été, ce sera 7,2 milliards d’impôts supplémentaires.

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 07:51

Christian Vanneste officialise sa candidature dans le Nord pour les législatives

Christian Vanneste a annoncé mercredi qu'il se représentait dans la 10e circonscription du Nord (Tourcoing) sous l'étiquette du Rassemblement pour la France (RPF), après la décision de l'UMP d'investir un autre candidat à la suite d'une polémique sur des propos considérés comme homophobes.

Christian Vanneste a annoncé mercredi qu'il se représentait dans la 10e circonscription du Nord (Tourcoing) sous l'étiquette du Rassemblement pour la France (RPF), après la décision de l'UMPd'investir un autre candidat à la suite d'une polémique sur des propos considérés comme homophobes.

"J'ai déposé ce (mercredi) matin ma candidature à la préfecture du Nord", a affirmé M. Vanneste, lors d'une conférence de presse à Halluin (Nord), une commune voisine de Tourcoing.

"Si je me présente, c'est parce que j'ai le plus de chances pour que la droite l'emporte", a déclaré M. Vanneste, ajoutant avoir déposé sa candidature en raison "du dysfonctionnement de l'UMP, qui après avoir brandi des menaces d'exclusion ne m'a pas exclu".

L'UMP avait retiré en février son investiture à Christian Vanneste, accusé de propos homophobes, et choisi Gérald Darmanin, 29 ans, ex-directeur de cabinet du ministre des Sports David Douillet, et ancien directeur de campagne de M. Vanneste.

"Depuis le mois de février, je n'ai rencontré aucun responsable national de l'UMP pour une explication. C'est un fonctionnement qui est inacceptable (...) et déplorable", a regretté M. Vanneste.

"Les électeurs auront le choix entre trois lettres d'une part, U-M-P, et d'un autre côté trente ans de boulot, de présence, de dévouement, de fidélité", a assuré ce membre de la Droite populaire, se décrivant comme "un rebelle".

Christian Vanneste avait évoqué ces dernières semaines la possibilité d'une candidature sous une autre étiquette, disant vouloir attendre le soutien d'élus locaux avant de l'officialiser. "Ces soutiens ont été déterminants dans mon choix", a-t-il dit.

Son suppléant, Yvan Hennion, est agriculteur et conseiller municipal (sans étiquette) à Halluin depuis 2008.

Le 6 mai, dans la 10e circonscription du Nord, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête avec 53,19% des voix. M. Vanneste avait été élu au second tour des législatives de 2007 avec 52,67% des voix face à son adversaire socialiste.

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 07:50

Affaire Vanneste : de nouveaux soutiens...

dimanche 13.05.2012, 05:03 - La Voix du Nord

Après la montée au créneau des quatre maires non inscrits de Roncq, Neuville, Linselles et Bousbecque (« La Voix » d'hier), ...

les adhérents UMP de Roncq se fendent d'une lettre pour défendre la ré-investiture de Christian Vanneste. Le travail de sape contre Gérald Darmanin se poursuit... « En tant que militants, nous aurions aimé être associés plus largement à la désignation du candidat de notre formation dans la 10 e circonscription », expliquent les signataires, via Antonio Da Silva, adjoint au maire de Roncq. « Le bilan du député sortant lui offrait, selon nous, toute légitimité pour défendre celle-ci lors des prochaines échéances et la méthode des instances dirigeantes de l'UMP pour l'écarter nous déplaît fortement. » Les membres de l'UMP roncquoise situent leur démarche dans la parfaite continuité de celle des quatre maires et menacent de rendre leur carte du parti : « En tant que membres de diverses majorités municipales, nous avons été sensibles à l'appel des maires qui assument leurs fonctions avec sincérité et engagement pour notre territoire, et qui peuvent légitimement se sentir bafoués par les menaces à peine voilées qui leur sont faites par certains cadres de notre parti. Nous ne pouvons cautionner cette attitude, et c'est pourquoi nous souhaitons aujourd'hui, à regret, rendre officiellement notre carte de l'UMP. »

« Se battre contre les socialistes »

La recomposition de la droite après la défaite, il leur semble « important de l'engager autour des élus ayant porté de manière constante nos valeurs et nos projets au coeur des problématiques propres à notre territoire, et la stratégie menée par l'UMP dans notre circonscription nous semble aller aujourd'hui à l'encontre du bon sens et des attentes de nos concitoyens, bien éloignées de ces considérations partisanes. » Les signataires demandent à l'UMP « de revoir son positionnement dans cette période délicate » pour la formation et le projet politique « que nous souhaitons défendre ».

« Notre combat, c'est contre les socialistes », leur répond Gérald Darmainin, investi par l'UMP. « Il ne faut pas accorder autant d'importance à quelque chose d'absurde », ajoute-t-il. Il affirme, du reste, que « Christian Vanneste ne fait plus partie de l'UMP, puisqu'il a adhéré au RPF et qu'on ne peut être membre de deux partis. » Comment le bras de fer se terminera-t-il ? •

BRUNO DERAM

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 07:46

Christian Vanneste Candidat (Président du RPF)

Ce mercredi 16 mai : Conférence de presse au cours de laquelle j’ai annoncé ma candidature aux prochaines législatives et présenté mon suppléant, Yvan HENNION

CHRISTIAN VANNESTE 02-copie-1

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 06:45

LÉGISLATIVES

Des finances dans le rouge pour Hervé-Marie Morelle ?

Publié le vendredi 04 mai 2012

MORAD BELKADI ET FLORENCE TRAULLÉ region@nordeclair.fr

Le candidat UMP de la 1re circonscription du Nord, Hervé-Marie Morelle, s'est vu interdire toute dépense supplémentaire pour sa campagne. Son mandataire financier s'inquiète d'un déficit sur son compte.

Hervé-Marie Morelle a été rappelé à l'ordre. Le jeune candidat qui porte les couleurs de l'UMP dans la première circonscription a reçu un courrier de son mandataire financier, Jean-Claude Puchaux. Dans cette lettre transmise par voie d'huissier le 28 avril, il est informé de l'interdiction de toute dépense supplémentaire. Le compte de campagne serait dans le rouge. « Depuis le début de la campagne électorale, les dépenses ont été effectuées directement par toi à mon insu. Chaque fois, tu m'as donné, bien après l'opération exécutée, la connaissance des factures », écrit Jean-Claude Puchaux dans ce courrier dont Nord éclair a eu copie. Toujours à destination d'Hervé-Marie Morelle, le mandataire ajoute : « En mars, je t'ai averti que le total des factures payées ainsi que celles le restant ne nous laisserait sur le compte qu'une somme d'environ 300 E. Malgré cela, tu as continué à dépenser, toujours à mon insu. À ce jour, nous avons donc un déficit important. »

Chevalier blanc

En début d'année, le compte de campagne ouvert au Crédit Coopératif s'est vu doté d'un prêt de 29 000 E consacré à la bataille des législatives. Somme qui a été dépensée. Le candidat UMP le confirme. « Il y a un loyer de 2 000 E pour le local de campagne, justifie Hervé-Marie Morelle. Nous avons aussi fait appel à une agence de communication pour nos affiches et tracts. » Pour faire face à ces problèmes de trésorerie, un chevalier blanc est venu au secours de M. Morelle. Chevalier blanc qui n'est autre que la compagne de Jean-Claude Puchaux qui lui a accordé 5 000 E. Une déclaration de contrat de prêt a d'ailleurs été enregistrée le 26 mars 2012. Sauf que cette somme n'a jamais servi aux législatives. Dans son courrier, le mandataire regrette que ce prêt ait servi à combler une autre dette du candidat UMP. Elle remonte à la dernière campagne des cantonales. « La vitrine de mon ancien QG de campagne à Faches-Thumesnil a été endommagée. J'ai dû sortir de ma poche plus de 4 500 E pour la réparer. Oui, ces 5 000 E m'ont permis de clôturer mon compte de campagne des cantonales », concède M. Morelle. Pourtant, les comptes sont censés avoir été validés il y a plusieurs mois. Dans l'entourage du candidat, on indique que les vérifications sont toujours en cours...

Dans sa lettre - transmise aux responsables de la fédération UMP, Marc-Philippe Daubresse et Bernard Gérard - Jean-Claude Puchaux s'est aussi ému « d'actes délictueux à mon insu dans le domaine bancaire. » Joint par téléphone, le mandataire s'est un peu emmêlé les pinceaux avant de fournir une explication. « Fausse alerte, dit-il. Au départ, le premier prêt accordé devait être de 35 000 E, je me suis donc inquiété de ne voir que 29 000 E. C'est normal, je pensais que de l'argent avait disparu. Mais au final, c'est bien le montant total qui a été accordé. » Le mandataire de M. Morelle affirme aujourd'hui qu'il a levé l'interdiction de dépenses. La situation s'améliore avec l'arrivée d'un don de 8 000 E venu de l'UMP national. « C'est un candidat qui est jeune, ils sont parfois trop dépensiers, j'ai préféré prendre les devants. J'ai agi dans l'intérêt général », nuance Jean-Claude Puchaux. Bernard Gérard, secrétaire départemental, indique qu'il va bientôt recevoir le candidat avec Marc-Philippe Daubresse pour qu'il puisse s'expliquer. « Les comptes doivent être équilibrés à la fin de la campagne, rappelle Bernard Gérard qui tient à limiter l'importance de cet épisode.
Et je ne doute pas qu'ils seront parfaitement équilibrés. Il n'y a pas matière à polémiquer. »

 

Jean François HERNANDES

Président du RPF NORD

Rpf59@hotmail.fr

herve-marie.JPG


Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 07:29

Il me faut aujourd’hui rappeler deux principes essentiels que certains semblent avoir oubliés. En premier lieu, l’un des articles les plus importants de notre constitution rappelle le droit fondamental à la liberté d’expression. Une loi est indissociable de ce droit, c’est celle qui en 1881 a défini la liberté de la presse. Il semblerait qu’aujourd’hui un certain nombre de « journalistes », ceux que dénonçait hier Philippe MURAY et que pourfend aujourd’hui avec beaucoup de talent Élisabeth LEVY dans son livre « la gauche contre le réel », trahissent cette valeur fondatrice de leur profession. Les voilà qui deviennent des censeurs, des inquisiteurs pourchassant le coupable de mauvaises pensées et demandant la punition du rebelle idéologique. Ce matin, Pascale CLARK interrogeait le Président de la République pour savoir pourquoi le Député VANNESTE n’avait pas été exclu de l’UMP. Comme si le fait d’avoir rappelé une vérité historique confirmée par Serge KLARSFELD méritait le bûcher. Mais cette prétendue journaliste n’est hélas pas la seule « Maton de Panurge » plus pressée de faire passer les dissidents sous le joug de l’orthodoxie que d’exercer le noble métier d’informer. Il y a eu aussi APHATIE demandant hier aux responsables de l’UMP de condamner le Député investi pour les élections municipales de Tourcoing et aujourd’hui se réfugiant dans la stigmatisation d’une prétendue obsession qu’il aurait bien du mal à prouver s’il s’était donné la peine d’étudier le travail parlementaire de l’intéressé. Il y a encore Laurence FERRARI se mêlant à la curée du 15 février pour demander la condamnation du même Député au Président de la République qui annonçait sa candidature. Aucun ne s’est senti gêné de réclamer des sanctions contre une opinion, de demander la tête de l’affreux coupable qui avait osé rappeler une vérité dérangeante.

Le Président SARKOZY, pour lequel je vais voter afin de ne pas soutenir le projet irresponsable de son adversaire, a été avocat avant de devenir politicien. Là encore, cette profession s’appuie sur un droit fondamental qui est celui de la défense. Ce droit suppose bien sûr la présomption d’innocence, mais encore il exige qu’un débat contradictoire soit instauré avant toute condamnation. Aussi est-il stupéfiant que le Président de la République, qui ne devrait en aucun cas intervenir dans les décisions internes à un parti politique quel qu’il soit, fût-ce celui auquel il a appartenu, puisse négliger ces principes essentiels en prétendant qu’un membre de l’UMP a été exclu alors qu’aucune procédure ni aucun débat n’ont été mis en œuvre. Il est vrai que les reproches que Nicolas SARKOZY aurait pu formuler à mon encontre se résumeraient à trois :

  D’abord avoir été présent à ses côtés dans les moments les plus difficiles, lorsqu’en 1995 il était hué à son arrivée dans les congrès du RPR, après la défaite d’Édouard BALLADUR.

Ensuite, d’avoir exactement la même position que lui sur le mariage entre personnes du même sexe.

Enfin, d’avoir démonté la désinformation qui a fait pencher une partie des français en faveur de ce mariage, notamment en rappelant une vérité historique.

Serge KLARSFELD a dit que mon exclusion pour cette raison serait ridicule.

Je ne souhaite pas que le Président que je soutiens tombe dans le ridicule.

CHRISTIAN VANNESTE 02

Partager cet article

Published by rpf-nord
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog