Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du RPF Nord Pas de Calais

Site de la Fédération RPF Nord Pas de Calais et des Fédérations 59 et 62

60 MESURES...

Publié le 29 Janvier 2012 par rpf-nord

Les 60 mesures ou le « coquetel » marseillais de Monsieur Hollande

Le candidat socialiste vient de livrer la recette d’un « coquetel » digne de Pagnol, un « coquetel » à quatre tiers, sans doute en hommage au parrain de sa victoire dans les primaires à Marseille, Monsieur Guerini figure emblématique de la République exemplaire qu’il veut construire.

Un gros tiers d’idéologie, d’abord. Les méchants gros vont être taxés, les gentils petits vont être aidés. Nouvelles tranches d’imposition, taux plus élevés. Taux d’imposition différenciés pour les entreprises en fonction de leur taille. Manifestement, il n’a pas lu Lincoln qui disait : « vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche ». L’un des problèmes cruciaux de notre économie réside dans la difficulté des petites entreprises à grandir comme leurs cousines allemandes. Ce ne sont pas les seuils d’imposition qui vont les y aider.

Un petit tiers discret de mensonge, ensuite. La fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG va rendre cette dernière progressive et frappera donc les classes moyennes, qui seront également touchées par la réforme du quotient familial.

Un bon tiers encore de démagogie sectorielle : 150 000 emplois factices pour les jeunes, la laïcité dans la constitution alors qu’elle y est déjà, le mariage homosexuel pour les gays et lesbiennes, la décentralisation pour faire plaisir aux élus locaux. C’est la part la plus sucrée du « coquetel ». Elle est là pour le plaisir, pas pour la santé. Soit elle est inutile, soit elle est nuisible car elle va détruire un peu plus la cohérence de notre société : moins de vrai travail, moins de vraie famille, plus de dépenses improductives.

Une pincée enfin, d’une vieille habitude socialiste, le parfum délicat de la dépense non financée. Le projet « se fonde sur des hypothèses de croissance » très optimistes et cependant insuffisantes pour soutenir la montée de la dépense publique envisagée. L’une des mesures les plus importantes et nécessaires du quinquennat a résidé dans la réforme des retraites. Le candidat socialiste la remet en cause, en cachant soigneusement les conséquences réelles d’une telle mesure, tant il est vrai que le Père Noël a plus de chance d’être mieux accueilli que le Père fouettard : 17,6 milliards en cinq ans uniquement pour la mesure sur les retraites. Les agences de notation si prisées par le candidat socialiste apprécieront.

Mais encore faut-il lorsqu’on invite à boire avoir au moins un verre. Ce verre, nécessaire au rétablissement de nos équilibres budgétaires et commerciaux, c’est la compétitivité, avec en premier lieu l’abaissement du coût du travail et le transfert d’une partie du financement de notre protection sociale de la production vers la consommation, et donc sur les importations. Sur son île, et sous son parasol, François Hollande l’a, une fois encore, oubliée.

Par Christian Vanneste le 27 jan 2012

CHRISTIAN VANNESTE 02

Commenter cet article