Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du RPF Nord Pas de Calais

Site de la Fédération RPF Nord Pas de Calais et des Fédérations 59 et 62

LES NOUVEAUX VA-EN-GUERRE

Publié le 11 Mars 2012 par rpf-nord

guerre-lybie0012.jpgIl fut un temps, de mémoire d’hommes, toujours jusqu’à notre époque sans précédent, on faisait la guerre pour des motifs réels et sérieux, lorsque les intérêts vitaux de la nation étaient menacés. L’Etat, ce monstre froid, pouvait bien habiller sa politique de puissance de prétendus motifs humanitaires, son égoïsme foncier ne trompait personne qui était un peu au fait des relations internationales et des rapports de force mondiaux. La violence avait pour cause une matière, un socle de réalité, qui donnait encore un sens à l’équilibre de la terreur. La guerre trouvait dans son objet sa cause mais aussi sa fin, sa source et en même temps sa limite.

Et puis, on déclara la guerre à la guerre et à la nation chargée de tous les péchés des hommes. Pensait-on ainsi en finir avec l’état de nature, la loi de la jungle et la guerre de tous contre tous, l’idéologie pacifiste aura ses effets inverses et pervers rendant le monde d’aujourd’hui plus dangereux, plus à feu et à sang qu’il ne le fut jamais. Naïvement on a cru qu’en supprimant des causes éventuelles du mal, on en serait quitte du dit mal alors qu’en procédant ainsi, on le déchainait plus surement.

Le « malaise dans la civilisation » accouchait d’ « une mallette dans la civilisation » au sens ou dans le nouveau parc d’abstraction mondial, les hommes servaient de chair à canon pour une idée, une déclaration, quelque chose en face duquel l’Homme réel est totalement étranger, aggravant son état d’aliénation dans des proportions qu’aucune religion révélée n’aurait osé même imaginer.

La guerre en Afghanistan, consécutive au 11 septembre, servira de creusé à cette monumentale absurdité qui conduit aujourd’hui le monde au bord du précipice. Le mur de l’absurde fut franchi par le Premier Ministre français qui osa affirmer que nos soldats avaient été envoyés dans ces contrées exotiques pour faire la guerre à la lapidation, le comble de l’obscène par des médias qui passaient sous silence la mort de nos soldats en Asie pour se féliciter de la libération de deux des leurs en Afrique.

Et voici que nos loups va-t-en-guerre postmodernes, déguisés en gentils teletubbies, reprennent du service et préparent les guerres de demain en s’indignant à grands trémolos dans la plume après la mort de deux journalistes en Syrie. Au nom d’une bien abstraite liberté d’informer (On ne se souvient pas que les médias aient particulièrement brillé par leur sens critique et leur capacité d’investigation pour dénoncer les manipulations des services secrets en matière de détention d’armes de destruction massive par l’Irak, ce qui aurait pu éviter une guerre à la fois absurde et monstrueuse), ils voudraient quasiment faire de cette histoire le casus  belli qui justifiera une nouvelle intervention occidentale au Moyen Orient. Au mépris des équilibres régionaux, du risque de contagion mondiale, de la mission ancestrale de la France protectrice des minorités dans le monde !

Ces gens sont fous. Il faut politiquement les mettre hors d’état de nuire. En France d’abord ! Les prochaines élections nous en donneront une occasion unique.

Nicolas Stoquer

Commenter cet article