Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du RPF Nord Pas de Calais

Site de la Fédération RPF Nord Pas de Calais et des Fédérations 59 et 62

MISE AU POINT DE CHRISTIAN VANNESTE PRESIDENTIELLE 2012

Publié le 18 Avril 2012 par rpf-nord

Il me faut aujourd’hui rappeler deux principes essentiels que certains semblent avoir oubliés. En premier lieu, l’un des articles les plus importants de notre constitution rappelle le droit fondamental à la liberté d’expression. Une loi est indissociable de ce droit, c’est celle qui en 1881 a défini la liberté de la presse. Il semblerait qu’aujourd’hui un certain nombre de « journalistes », ceux que dénonçait hier Philippe MURAY et que pourfend aujourd’hui avec beaucoup de talent Élisabeth LEVY dans son livre « la gauche contre le réel », trahissent cette valeur fondatrice de leur profession. Les voilà qui deviennent des censeurs, des inquisiteurs pourchassant le coupable de mauvaises pensées et demandant la punition du rebelle idéologique. Ce matin, Pascale CLARK interrogeait le Président de la République pour savoir pourquoi le Député VANNESTE n’avait pas été exclu de l’UMP. Comme si le fait d’avoir rappelé une vérité historique confirmée par Serge KLARSFELD méritait le bûcher. Mais cette prétendue journaliste n’est hélas pas la seule « Maton de Panurge » plus pressée de faire passer les dissidents sous le joug de l’orthodoxie que d’exercer le noble métier d’informer. Il y a eu aussi APHATIE demandant hier aux responsables de l’UMP de condamner le Député investi pour les élections municipales de Tourcoing et aujourd’hui se réfugiant dans la stigmatisation d’une prétendue obsession qu’il aurait bien du mal à prouver s’il s’était donné la peine d’étudier le travail parlementaire de l’intéressé. Il y a encore Laurence FERRARI se mêlant à la curée du 15 février pour demander la condamnation du même Député au Président de la République qui annonçait sa candidature. Aucun ne s’est senti gêné de réclamer des sanctions contre une opinion, de demander la tête de l’affreux coupable qui avait osé rappeler une vérité dérangeante.

Le Président SARKOZY, pour lequel je vais voter afin de ne pas soutenir le projet irresponsable de son adversaire, a été avocat avant de devenir politicien. Là encore, cette profession s’appuie sur un droit fondamental qui est celui de la défense. Ce droit suppose bien sûr la présomption d’innocence, mais encore il exige qu’un débat contradictoire soit instauré avant toute condamnation. Aussi est-il stupéfiant que le Président de la République, qui ne devrait en aucun cas intervenir dans les décisions internes à un parti politique quel qu’il soit, fût-ce celui auquel il a appartenu, puisse négliger ces principes essentiels en prétendant qu’un membre de l’UMP a été exclu alors qu’aucune procédure ni aucun débat n’ont été mis en œuvre. Il est vrai que les reproches que Nicolas SARKOZY aurait pu formuler à mon encontre se résumeraient à trois :

  D’abord avoir été présent à ses côtés dans les moments les plus difficiles, lorsqu’en 1995 il était hué à son arrivée dans les congrès du RPR, après la défaite d’Édouard BALLADUR.

Ensuite, d’avoir exactement la même position que lui sur le mariage entre personnes du même sexe.

Enfin, d’avoir démonté la désinformation qui a fait pencher une partie des français en faveur de ce mariage, notamment en rappelant une vérité historique.

Serge KLARSFELD a dit que mon exclusion pour cette raison serait ridicule.

Je ne souhaite pas que le Président que je soutiens tombe dans le ridicule.

CHRISTIAN VANNESTE 02

Commenter cet article